Comment certains dispositifs de post traitement contribuent à répondre aux normes d’émissions

La réglementation en matière d’émissions est à l’ordre du jour dans l’industrie automobile. Pour satisfaire à la nouvelle réglementation Euro VI, les constructeurs de camions incorporent au moteur de leurs véhicules un dispositif de traitement aval (ATD) afin de restreindre les polluants indésirables  à l’échappement .

En tant que camionneur, vous allez rapidement vous familiariser avec la réglementation en matière d’émissions. La nouvelle réglementation européenne Euro VI en matière d’émissions impose aux poids lourds de répondre à plusieurs normes d’émissions spécifiques. Ladite réglementation s’applique à tous les véhicules à moteur dont la masse maximale en charge techniquement admissible est supérieure à 3.500 kg et qui sont équipés de moteurs au GPL, au gaz naturel (GN) à allumage commandé ou de moteurs à allumage par compression. Ayant pris la dénomination de la Directive 88/77/CEE, la réglementation Euro VI stipule divers niveaux maximaux d’émissions de monoxyde de carbone (CO), d’hydrocarbures (HC), d’oxydes d’azote (NOx) et de particules (PM) (voir tableau ci-après).

Picture1

Comment les moteurs diesel pour camions satisfont à la réglementation Euro VI

Pour répondre aux exigences de la réglementation Euro VI en matière d’émissions, les constructeurs de camions diesel incorporent à leurs moteurs un dispositif de post-traitement l (ATD). Se substituant aux silencieux traditionnels, ces dispositifs permettent d’améliorer le rendement des camions, tout en réduisant l’échappement de polluants gazeux. Un dispositif de post-traitement  est susceptible de se composer de plusieurs systèmes :

  • Catalyseur d’oxydation diesel (DOC): Ce catalyseur convertit les polluants et gaz toxiques en polluants moins toxiques par catalyse d’une réaction d’oxydo-réduction. Conjugués avec un système fermé de ventilation du carter (voir ci-après), les catalyseurs d’oxydation diesel permettent une réduction de jusqu’à 40 % des émissions de particules.
  • Système de réduction catalytique sélective (SCR): Il s’agit d’un processus de post-traitement permettant de convertir, à l’aide d’un catalyseur, jusqu’à 90 % des oxydes d’azote en eau et en azote diatomique. L’absorption, à la surface d’un catalyseur, de l’urée ajoutée au flux de gaz d’échappement permet de produire des substances inoffensives.
  • Recirculation des gaz d’échappement (EGR): Ce système permet de réduire les émissions d’oxyde nitreux en ramenant, par recirculation, une partie des gaz d’échappement vers les cylindres du moteur. Cette recirculation se traduit par une diminution des températures qui règnent dans les chambres de combustion et partant, par une réduction des émissions de NOx.
  • Filtre à particules diesel (DPF): Ce système permet d’extraire jusqu’à 90 % de la suie ou des particules diesel présentes dans les gaz d’échappement.
  • Systèmes fermés de ventilation du carter (CCV): Ces systèmes permettent aux gaz de s’échapper du carter en réduisant du même coup les émissions de gaz d’échappement. Les systèmes de ventilation les plus efficaces parviennent même à éliminer complètement les émissions de gaz de carter.

Comment les dispositifs de post-traitement fonctionnent-ils ?

Un dispositif de post-traitement (After Treatment Device) a recours à la régénération pour brûler les particules recueillies. Pour parvenir à une régénération satisfaisante, il faut que les gaz d’échappement soient maintenus à des températures élevées pendant un laps de temps appréciable. Si les températures ne sont pas suffisamment élevées, des particules risquent d’obstruer le filtre à particules. Ce phénomène porte également la dénomination de colmatage du filtre à particules.

Les moteurs diesel produisent de l’oxyde nitreux, un polluant atmosphérique toxique qui constitue un risque sérieux pour la santé des camionneurs. L’ajout d’un système de réduction catalytique sélectif au dispositif de post-traitement permet de réduire les niveaux d’oxyde nitreux. Un système de cette nature traite à l’ammoniac les gaz d’échappement d’un moteur diesel en provoquant une réaction chimique qui transforme l’oxyde nitreux en substances inoffensives telles que l’azote et la vapeur d’eau.  L’ammoniac est produit par le camion à partir d’urée (AdBlue se compose à 32,5 % d’urée et à 67,5 % d’eau déionisée).

Les huiles pour moteurs diesel de camion élaborées par Q8 Oils contribuent à répondre aux exigences de la réglementation en matière d’émissions

Les huiles pour moteurs diesel de camion élaborées par Q8 Oils se distinguent par d’excellentes propriétés rhéologiques qui garantissent la lubrification des pièces critiques du moteur, même dans les conditions de charge les plus rigoureuses. Non contentes de protéger votre moteur, ces huiles sont spécialement conçues pour répondre aux normes actuelles et futures en matière d’émissions.

David De Mesmaeker

De notre expert David De Mesmaeker

David travaille chez Q8Oils depuis 2008 et il est notre expert pour les lubrifiants de gamme Automotive (lubrifiants pour tout véhicule léger, huile moteur / huile de transmission / Lubrifiants qualifiés pour les compétitions automobile / lubrifiants pour l'agriculture /

Poser une question à David De Mesmaeker


Suggérez un topic